Le site institutionnel de la Fédération Nationale de la Pêche en France

Accéder au site

generationpeche.fr – Toute l’actu de la pêche en France

Accéder au site

Trouvez les informations pêche de votre département

Accéder au site

cartedepeche.fr - Le site officiel pour obtenir la carte de pêche de votre association agréée

Accéder au site
Pêchez dans l'Aisne Fédération de l'Aisne pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique

Publié le 05/08/2022

Le département de l'Aisne ne fait pas exceptions aux autres départements en cette période inédite et aux antipodes de l'été 2021. Dans cet article, nous vous proposons un point sur la situation de notre territoire.

L'état de la ressource :

Le département de l'Aisne est concerné par une période de sécheresse remarquable, avec une évolution rapide ces dernières semaines, à relier avec un déficit de pluviométrie important. Cette évolution s'observe facilement avec le suivi des débits des stations de référence du département.

Les seuils de vigilance, d’alerte ou encore d’alerte renforcée sont dépassés sur de nombreux bassins versants du département (Escaut, Serre, Oise, Aisne aval, Ourcq, Petit Morin et Marne). Les arrêtés préfectoraux de restrictions des usages sont souvent pris tardivement, constamment en réponse à des situations de crise et non par anticipation. Par ailleurs, aujourd'hui, seuls les bassins du Petit Morin, de l'Escaut et de l'Oise-Ailette sont concernés par ce type de mesure.

L’observatoire national des étiages dont trente points sont suivis dans le département de l’Aisne confirme la situation préoccupante pour la préservation des milieux aquatiques. L’état des cours d’eau de tête de bassin versant ou de cours d’eau au régime particulier (cours d’eau de nappe particulièrement) laisse craindre des impacts majeurs pour la qualité écologique. Fin juillet, sur les trente points suivis, 8 sont en situation d’assec et 5 ont un écoulement non visible.

Les agents de la fédération sont également de plus en plus amenés à constater des assecs sur les cours d'eau axonais. Les linéaires sans écoulements ne cessent de s'allonger. Parfois, des mortalités piscicoles peuvent être observées, malheureusement trop tardivement avant un possible sauvetage (par exemple, comme sur le ru des Barentons où 28 brochets ont pu être observés morts dans une fosse encore en eau - voir photo).

Bien qu’elle n’en fasse pas une publicité importante, la fédération est engagée depuis plusieurs mois auprès des services de l’état pour attirer l’attention sur la situation hydrologique tendue. Un véritable de travail de fond doit être engagé sur les causes du problème (politique de l’eau, irrigation intensive, seuils de gestion inadaptés, couplage nappe-rivière, mauvais état morphologique des rivières…).

-

Appel à la responsabilité des pêcheurs !

Au contraire d'autres départements, aucun arrêté préfectoral temporaire de restriction ou d'interdiction de pêche n'est envisagé aujourd'hui dans le département. Un appel à la responsabilité des pêcheurs est cependant lancé ! Il convient :

- d'éviter les cours d'eau dont les niveaux sont faibles et où les poissons y sont vulnérables

- lorsque la remise à l'eau du poisson est envisagée, limiter au minimum le temps hors de l’eau pour le poisson. Le décrochage de l’hameçon peut se faire dans l’eau.•

- éviter de cibler des espèces sensibles à la température (salmonidés, brochet, etc.) et favoriser des espèces moins exigeantes (cyprinidés, écrevisses, etc.)

- éviter toute conservation dans un sac de conservation (carpe) ou une petite bourriche (toute espèce confondue, y compris les gardons, rotengles etc.) si vous avez prévue de les remettre à l’eau à la fin de votre sortie de pêche. Seules les bourriches larges et longues permettent de conserver des petits poissons en profondeur donc dans une eau plus fraiche et oxygénée.

-

La présence des pêcheurs au bord de l'eau reste d'une importance capitale. Ce sont les premières sentinelles capables de remonter des informations précieuses sur l'état des milieux et des populations piscicoles qui s'y trouvent. Ces remontées de terrain permettent d'orienter des actions de protection mais aussi de bénéficier de données locales à apporter aux services de l'état. Ainsi, n'hésitez pas à remonter vos constats auprès du service technique de la fédération :

- toutes observations de niveaux dangereusement bas, d'assec, de regroupement de poissons et/ou de mortalité, de rejets polluants

- localisez précisément l'observation (lieu-dit, nom de rue, coordonnées GPS, etc.)

- joignez des photos pour apprécier plus rapidement la situation

- remontez l'information préférentiellement par mail : contact@peche02.fr ou via notre page facebook

Les données d'observation d'écoulements peuvent aussi être directement enregistrées sur la plateforme participative En quête d'eau. Cette démarche fédératrice s'inscrit comme un complément à l'observatoire national des étiages portés par l'Office Français de la Biodiversité.

-

La question des pêches de sauvetage

De nombreuses pêches de sauvetage sont réalisées sur l'ensemble du territoire métropolitain. La Fédération de l'Aisne pour la Pêche et Protection du Milieu Aquatique ne souhaite pas rendre systématique ce type d'opérations, de part son aspect très ponctuel et anecdotique par rapport à l'étendue de la situation mais aussi parce que cela revient à cautionner l'asséchement et encourager une gestion de l'eau inadaptée aux enjeux environnementaux actuels. Ou encore, en quelque sorte, à mettre un pansement sur une jambe de bois...

De plus, la réussite et l’efficacité des sauvetages sont conditionnées par plusieurs critères, pas toujours évidents à réunir :

- être alerté en temps et en heures (pas quand il est trop tard), le sauvetage doit se faire lorsqu’un écoulement est encore visible ou lorsqu’il vient tout juste de s’arrêter

- être vigilant à la transmission de pathogènes d’un milieu à un autre, qui représente un risque à ne pas courir, d’autant plus lorsque des mortalités sont constatées

- les sauvetages en période de fortes chaleurs peuvent occasionner un choc thermique et l’état de détresse avancé des poissons rendent l’intervention inutile

- trouver une rivière proche et avec un écoulement suffisant pour accueillir les poissons sauvés en évitant les surpopulations s’avère également difficile

-

Retour à la liste des actualités